04-03-2014  SOCIETE LIBRE

Faire de la France le pays pionnier du financement participatif

C'est sous ce drôle de titre que le gouvernement a lancé au mois de février dernier l'annonce du nouveau cadre juridique du financement participatif. Drôle parce que la France aura du mal a être pionnière si l'on accepte qu'un pionnier est premier... Mais si elle parvient à rattraper son retard et à s'imposer comme première (et non pionnière) européenne, ce sera bien.

Apparu en France il y a seulement cinq ans, le financement participatif (laissons cet horrible "crowdfunding" aux pionniers...) permet de récolter sur Internet des petits montants auprès d'un large public.

Aujourd'hui, plus d'une vingtaine de plateformes mettent en relation des porteurs de projets en tous genres (PME, TPE, associations, musiciens, artisans... etc.) en quête de fonds et des particuliers désireux de donner, de prêter ou d'investir de l'argent.

La réforme (en fait une ordonnance qui sera adoptée en mars et les mesures qui devraient entrer en vigueur le 1er juillet) souhaite "répondre aux besoins de financement précoce du plus grand nombre possible de structures" explique Fleur Pellerin, ministre délégué de l'Economie numérique.

Protéger les épargnants
Pour protéger les épargnants, les plateformes de financement participatif devront notamment les informer au préalable de risques de perte en capital encourus et des frais prélevés. Information qui, comme celle de l'addiction aux jeux, ne mange pas de pain... De plus, ces plateformes ne devront plus avoir un minimum de fonds propre (ce qui évite de les confondre avec une banque).

L'ambition de cette réforme est de "faire de la France le pays le plus compétitif en matière de financement participatif et de rattraper ainsi l'avance prise par les leaders américains". Beau projet !

Le financement participatif a un bel avenir...
Même si elle est encore embryonnaire en France, la finance participative est promise a un bel avenir chez nous et sur tous les continents. Selon l'Association Finance participative, le secteur n'a collecté que 24,5 millions d'euros en 2012, mais 2,7 milliards de dollars dans le monde dont 60 % aux Etats-Uni. En Europe, la France se classe en deuxième position, (mais très loin derrière le Royaume-Uni avec 609 millions d'euros collectés en 2012). Selon l'étude, les montants collectés dans le monde auraient été multipliés par 10 par rapport à 2009.

Qui dit potentiel dit bulle spéculative...
Le magazine Forbes estime le potentiel de financement du financement participatif à 1000 milliards de dollars en 2020. Ce à quoi le rapport de PME Finance répond avec bon sens : "Ces prévisions de croissance paraissent exagérément optimistes, selon le phénomène habituel du hype technologique qui a présidé à la bulle Internet et celles qui ont suivi..."

De notre point de vue, la finance participative est une véritable chance pour les associations. Et c'est bien là, la vraie et bonne surprise !

En savoir plus
La finance participative sera réglementée au mois de mars 2014 - Lettrasso du 14-01-2014

La finance participative, l'avenir financier des associations ? - Lettrasso du 10-12-2013

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Faire de la France le pays pionnier du financement participatif 
C'est sous ce drôle de titre que le gouvernement a lancé au mois de février dernier l'annonce du nouveau cadre juridique du financement participatif. Drôle parce que la France aura du mal a être pionnière si l'on ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2151" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]